Un peu d'histoire...


Cliquez ci contre

Non! je n'imagine pas qu'il soit en train de boire du vin de Bandol. Encore que ...!! Peut être sommes nous au début du siècle (le 20° bien sûr) ou L'Aramon et l'Alicante, cépages produisant des "vins de soif" ou de "coupage" composaient largement les vins du Var, à la (mauvaise) réputation de laquelle ils ont largement contribué.

Et pourtant...!! depuis l'antiquité jusqu'à l'invasion du vignoble par le Phylloxéra (au milieu du 19° siècle), le vignoble de provence de Marseille à Saint Raphael est réputé.

Le mourvèdre, cépage difficile et capricieux, mais cépage roi du vin de bandol, trouve cependant sa terre d'élection dans les restanques sur les coteaux qui entourent l'actuelle ville de Bandol , de Saint Cyr à Ollioules, aux portes de Toulon. Le Vin de Bandol, en particulier, s'exporte par les mers et se bonifie en voyageant. Dans le Comte de Monté-cristo, c'est le grand vin qu'on embarque sur les navires.

Quelques années après la publication de cette grande oeuvre romanesque, le Phylloxéra s'abat sur le vignoble du midi de la France et en une vingtaine d'années, ravage le vignoble de Bandol. La culture de la vigne régresse très fortement, le Mourvèdre est, la plupart du temps, abandonné pour des cépages plus faciles et plus productifs, tels l'Aramon, cépage venu des Etats Unis, et dont l'expansion sera phénoménale dans le quart sud-est du vignoble Français.

Il faudra pratiquement un siècle pour remonter la pente et au vignoble pour retrouver sa réputation passée, grâce au courage, à la détermination et au pouvoir d'influence d'une poignée de vigneron, qui feront le pari de la qualité et seront à l'origine, dès 1941, de l'obtention de l'Appellation Bandol Contrôlée, seule appellation contrôlée du Var, pendant plusieurs décennies.

 

(Retour Accueil)